Anciens Combattants Québécois

 

 

 

DIEPPE

 

 

 

Présentation de cette page :

 

Les Québécois, les Canadiens et d’autres soldats de plusieurs pays du Commonwealth britannique y ont perdu leurs vies.

 

Nous avons voulu présenter les nôtres.  Beaucoup de sites sur la toile parlent de Dieppe.  Voyez les liens à la fin de cette page.

 

Je me suis rendu sur le site d’un cimetière de Dieppe.  Le cimetière appelé le Cimetière Canadien de Dieppe

 

Ci-après quelques stèles et une présentation bien québécoise que je me suis permis de vous présenter ici.

 

Au cimetière, j’ai pris le temps d’y installer des drapeaux du Québec pour rendre hommage aux soldats Québécois qui sont tombés lors du raid de 1942. 

 

J’ai parcouru le cimetière de long en large pour voir les noms des soldats et pour prendre quelques photos de stèles.  Idéalement, il faudrait prendre les photos de toutes les stèles. 

 

Je vous présente quelques stèles.  Vous pourrez connaître quelques noms.  Si vous avez plus d’information concernant l’un ou l’autre des soldats morts qui sont présentés, ici, et si vous voulez que l’on ajoute plus d’information en regard d’un soldat, n’hésitez pas à nous transmettre ces informations que nous placerons sur le site des

 

www.ancienscombattantsquebecois.com   

 

J’ai visité quelque 300 cimetières militaires et communaux, en France et en Belgique, en octobre et novembre 2005 sans y avoir vu de drapeaux, sauf que dans de très rares occasions.  À Dieppe, cimetière « Canadien », aucun drapeau, Calais, aucun drapeau. 

 

Sachant que nous avons des Québécois qui sont présents en ce cimetière, j’ai voulu arboré les couleurs du Québec, pour marquer mon passage et y prendre des photos.

 

 

 

 

 

Le débarquement de Dieppe  / France

 

http://www.secondeguerre.net/articles/evenements/ou/42/ev_dieppe.html

 

Les responsables : Mackenzie King Premier Ministre Canadien, Winston Churchill Premier Ministre britannique, Sir Dudley Pound premier Lord Naval, le général Paget commandant en chef des forces métropolitaines, le lieutenant général Gérard Montgomery commandant de la région du sud-est de Grande Bretagne, Lord Louis Mountbatten directeur des Opérations Combinées, le capitaine de vaisseau John Hugues-HalLett chef d'état-major des Opérations Combinées, le lieutenant-colonel puis général Churchill Mann chef du bureau des opérations, l'air Marshall Sir Arthur Harris chef de l'aviation de bombardement, l'air vice-marshall Trafford Leigt-Mallory chef de la 2ème brigade aérienne, le général Mac Naughton commandant les Forces Canadiennes en Grande Bretagne, le lieutenant-général Harry Crepar commandant le Premier Corps d'armée Canadien.

 

A l'instant où la flotte alliée prend le chemin de Dieppe, un groupe de navires allemands sort de Boulogne. Cinq navires escortés par trois chasseurs de sous-marins prennent le chemin de Dieppe sous le commandement de l'Oberleutnant (enseigne de vaisseau) Bögel. La rencontre est inévitable. En pleine nuit, les deux flottes se rencontrent.

(…)

La surprise est manquée, la 302ème Division d'infanterie allemande est en état d'alerte maximum. Mais ce qui est plus grave c'est que l'État Major de la force de débarquement l'ignore encore. Le reste de la flotte se présente face aux falaises de Dieppe. Dès lors 5 batailles vont se dérouler, indépendamment l'une de l'autre. Chacun va tenter d'y sauver sa peau.

 

Pendant ce temps, Winston Churchill et Montgomery, qui avaient tant désiré ce raid, prennent le soleil en Afrique du Nord près d'El Alamein (ils mourront dans leur lit). Rendons justice à Montgomery qui lors d'une conférence préparatoire au raid avait émis tant de réserves qu'on lui donna le commandement de la VIIIe Armée en Égypte. Mountbatten suit les opérations de loin, lui qui ne s'était jamais dérangé pour visiter à l'entraînement les hommes qui vont tenter de débarque, il aura cependant visité les troupes avant leur départ pour Dieppe (Il mourra, bien des années plus tard, dans un attentat de l'IRA).

 

 

 

 

 

Louis Mountbatten , 1er comte Mountbatten de Birmanie

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Mountbatten,_1er_comte_Mountbatten_de_Birmanie

 

L’Opération Jubilee,

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9barquement_de_Dieppe

à Dieppe, faite pour créer un semblant de nouveau front sur l’Ouest, réclamé par les Russes, et dont l’échec fut retentissant.

 

Dieppe reste sans aucun doute un échec qui doit lui être en partie imputé. Pour autant, Mounbatten n'a pas cherché à se soustraire à ses responsabilités ni à minimiser son échec.

 

(…)

 

"Je suis sûr que vous pouvez y aller et faire le boulot, mais nous n'avons pas beaucoup d'espoir de pouvoir vous extraire. Même si on vous perd tous, les résultats de l'opération en auront valu la peine. Pour cette raison, je veux que vous disiez à tous les hommes ayant des responsabilités familiales, ou qui pensent devoir se retirer pour n'importe quelle raison, qu'ils sont libres de le faire et que personne ne leur en voudra pour cela".  (Cette directive, il l’a prononcé pour un autre événement que l’intervention de Dieppe.  C’était pour l’Opération Chariot qui a précédé l’Opération Jubilee.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Quelques liens utiles :

 

Mise au point sur Dieppe !

 

http://pages.infinit.net/histoire/dieppe1942a.html

 

Les assaillants, 6 100 soldats (dont 4 963 Canadiens — les quatre cinquièmes) sont écharpés. L’ordre de rembarquer précipitamment est donné dès 9 heures du matin, mais, sur le contingent engagé, près de trois mille restent sur le continent, morts ou prisonniers. Le rapport du général von Rundstedt signale qu’à seize heures, la vie de Dieppe était redevenue normale et que tous les magasins étaient rouverts.

 

(…)

 

Si les Alliés avaient demandé des renseignements à la Résistance française, ils ne se seraient pas fait surprendre, car il est bien évident qu’une division blindée avec quelque cinq cents chars ne passe pas inaperçue et elle aurait été signalée à moins d’une heure de Dieppe. Malheureusement, les Britanniques nourrissaient une solide méfiance envers la Résistance, et Roosevelt détestait de Gaulle. Ils se sont ainsi privés de renseignements précieux, qui leur auraient évité un sanglant échec.

 

 

 

 

 

Les noms et origines des soldats tués

 

http://www.pbase.com/pascalpigeot/image/17582898/medium

 

http://www.pbase.com/pascalpigeot/image/17813733

 

 

 

 

Why Dieppe?
http://www.bbc.co.uk/history/worldwars/wwtwo/dieppe_raid_01.shtml

On 19 August 1942, a disastrous seaborne raid was launched by Allied forces on the German-occupied French port of Dieppe. Why was such a raid ever undertaken? Because, with Germany operating deep in the Soviet Union, the Russians were urging the Allies to relieve the pressure on them by opening a second front in north-west Europe.

 

At the same time the British Chief of Combined Operations, Rear Admiral Louis Mountbatten, was agitating for a practical trial beach landing, against real opposition, for his troops. In the face of this pressure, Churchill decided that Operation Rutter, a 'hit and run' raid on Dieppe, should go ahead.

 

 

 

 

Site touristique de Dieppe

 

http://www.dieppe.fr/